Quels sont les services d’aide à domicile pour les personnes âgée ?

Avec l’âge, on perd la mobilité. Malgré le nombre important de structures d’accueil, il est toujours difficile de trouver une place libre. De plus, les résultats de nombreuses études démontrent que les personnes âgées préfèrent rester chez eux, pour des raisons sentimentales, mais aussi pour maintenir leurs repères. L’État encourage donc les familles à s’occuper de leurs parents en mettant en place plusieurs systèmes d’aides et d’allocations.

Des subventions adaptées à chaque cas

Le montant et la nature de l’aide aux personnes âgées sont calculés en fonction du degré de mobilité et de la situation financière de chaque personne. On compte près de neuf types d’aides accordés par l’État. D’autres associations se relayent également pour assurer une condition de vie acceptable aux personnes du troisième âge.
Lorsque le handicap est jugé léger, les subventions sont orientées vers la téléassistance virtuelle. Le recrutement de personnel de maison ou de santé à temps partiel est également partiellement financé par les autorités.
Lorsque la personne présente beaucoup de difficulté à effectuer les gestes simples aux quotidiens, elle peut bénéficier de plusieurs types d’allocations. Lorsque ses revenues sont faibles, les collectivités peuvent prendre en charge la totalité des frais liée à son état physique.
Puisque généralement le logement n’est plus adapté à la situation de la personne en âge avancé, des subventions sous forme de réductions fiscales lui sont accordées pour qu’elle puisse entamer les travaux sereinement.

Les principales structures d’aides

Parmi les subventions les plus sollicitées, on retrouve les aides au logement. Elles s’adressent aux locataires et couvrent une partie du loyer. Viennent ensuite les aides à l’adaptation au logement. Bénéficier de ses types de financement est une aubaine pour bien vieillir dans un cadre aux normes.
Les aides ménagères et les aides fiscales pour l’aide à domicile sont également très plébiscités par les personnes vulnérables. En effet, la perte d’autonomie engendre des difficultés à s’occuper de soi et de sa maison. C’est la raison pour laquelle les autorités priorisent le recrutement d’ assistante de vie.
La mobilité réduite entraîne une augmentation exponentielle des dépenses. L’Allocation Personnalisée d’Autonomie, la Prestation de Compensation du Handicap et les aides des caisses retraites sont des solutions qui donnent accès à une vie descente.

Les critères à considérer et démarches

Pour profiter de ses différents types d’aides, il faut être âgé d’au moins 65 ans et souffrir d’une perte d’autonomie. Certaines subventions sont accordées aux retraités de 60 ans, lorsque leur handicap est constaté et validé par les professionnels de la santé. La deuxième condition est l’insuffisance de ressources. En général, les personnes qui bénéficient de ces allocations perçoivent moins de 900 euros par mois. Le montant est calculé en fonction de ses revenus et du degré de mobilité. Toutefois, ils sont plafonnés.
Les démarches sont relativement simples. Il suffit d’adresser une demande avec les pièces justificatives au Centre Communal d’Action Sociale ou directement à la mairie.
L’ aide aux personnes âgées est directement versée auprès des prestataires de services et à l’assistante de vie qui s’occupe d’elles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.