La « génération Covid » en quête d’emploi

La crise sanitaire du Covid-19 continue de faire des dégâts dans le secteur de l’économie et de l’emploi. Parmi les grandes victimes, on retrouve les jeunes diplômés sortis des écoles et universités. En effet, de nombreux étudiants éprouvent du mal à trouver un job ou un stage d’été. Ceux-ci se voient confrontés à de réelles difficultés de recrutement.

Au vu de la situation actuelle, faut-il espérer convaincre un recruteur ?

La principale question que l’on se pose est de savoir si la crise du Covid-19 nous sortira une génération laissée à elle-même. En effet, près de 700 000 jeunes sortent chaque année des écoles et universités et se ruent sur le marché de l’emploi. Un marché actuellement bouleversé par l’épidémie avec une baisse du PIB de 8 %. Ces jeunes déversés sur le marché du travail subissent à la fois les conséquences néfastes du resserrement des offres, mais également des bouleversements structurels du marché du travail.

Ces diplômés craignent en réalité d’être les grandes victimes de la crise sanitaire et économique du Covid-19. Malgré le fait que le travail ait repris progressivement, les entreprises recrutent timidement ou peu. Selon les prévisions du ministère du Travail, entre 165 000 et 320 000 jeunes supplémentaires risquent de se retrouver au chômage dans les prochains mois.

Au vu de ces statistiques, on peut affirmer qu’il y a matière à s’inquiéter pour l’avenir professionnel de cette génération. Heureusement, de nombreux efforts sont consentis par les pouvoirs en place pour la relance du secteur économique et celui de l’emploi. Il faut aussi noter une forte détermination de ces jeunes en quête d’emplois qui ne baissent pratiquement pas les bras et espèrent un retour rapide à la situation d’avant le Covid-19.

Quelles alternatives envisager pour faire face à la crise ?

Même si les perspectives d’emplois semblent menacées pour les mois à venir et que le nombre de chômeurs risque d’augmenter, il existe néanmoins des alternatives. En effet, les dégâts causés par la crise sanitaire ont favorisé le développement de certains secteurs d’activité. Cette génération pourrait profiter de ces nouvelles opportunités pour envisager une insertion professionnelle.

Dans ces secteurs d’activité, on peut facilement trouver un recruteur. On peut citer les domaines du transport, de l’agroalimentaire, de l’informatique, de la communication, de la santé, de l’agriculture et du numérique. Il faut noter que ces secteurs d’activité continuent de recruter même après la crise du Covid-19.

La génération Covid-19 devrait alors se tourner vers des professions plus porteuses et gages de sécurité. Parmi ces métiers, on retrouve les médecins, les infirmiers, les ouvriers agricoles, les développeurs web et les manutentionnaires. Les restaurateurs et les employés de services libres constituent également des alternatives viables.

À la lecture de ces différents métiers, il est plus qu’évident que certains jeunes diplômés vont envisager des possibilités de reconversion afin de pouvoir se sortir d’affaire. D’autres chercheurs d’emploi par contre devraient faire preuve de patience et d’abnégation pour espérer trouver le plus rapidement possible un emploi. Une dernière catégorie de ces jeunes devrait envisager la possibilité de décrocher un emploi en dessous de leur niveau d’étude. Cela pourrait entraîner une sous-rémunération salariale et des conditions de travail moins intéressantes.