Jacques Sun explique comment gérer les différences culturelles en Asie

Lorsque vous envisagez d’étudier en Asie, il est bon de vous préparer à rencontrer certaines différences culturelles. Si de telles différences existent aussi entre les pays occidentaux, elles sont généralement moins marquées qu’entre l’Occident et l’Orient. Pour certains, l’expérience et l’apprentissage de ces différences est l’une des principales motivations pour étudier en Asie. Dans cet article, Jacques Sun, du CRAAf à Paris présente certaines différences entre les cultures occidentale et asiatique.

NAVIGUER DANS LES DIFFÉRENCES CULTURELLES QUE L’ON RENCONTRE EN ASIE

Je vais essayer de vous donner une vue d’ensemble qui vous permettra peut-être de mieux comprendre les autres différences qui existent. Je me concentrerai également sur un aspect de la culture de l’Asie de l’Est et du Sud-Est qu’il est très important de garder à l’esprit lorsque l’on envisage de rester en Asie pour une période plus longue, ne serait-ce que pour étudier.

Différences entre les modes de pensée occidentaux et orientaux vues par Jacques Sun

Pour Jacques Sun du CRAAF, à Paris, les Occidentaux se concentrent davantage sur les objets et les personnes isolés de leur environnement, tandis que les Orientaux se concentrent sur les relations entre les objets et l’environnement, et sur les personnes en tant que membres d’un groupe.

Une façon de mesurer les différences culturelles est la dimension individualisme-collectivisme, qui nous indique à quel point l’accent est mis sur l’individualité et le fait d’être sa propre personne, par opposition à l’appartenance à des groupes et au maintien de relations harmonieuses. L’Occident est plus individualiste, tandis que l’Orient est plus collectiviste. La pensée occidentale est héritée de la Grèce antique et a été influencée par la Réforme protestante et le développement de l’économie de marché.

La pensée collectiviste en Orient, surtout dans certaines régions de Chine mais aussi au Japon et en Corée, a été influencée par le confucianisme. Selon cette philosophie, chacun a son rôle à jouer dans la société, qui est assimilée à une grande famille. Maintenir l’harmonie sociale est plus important que de s’efforcer de se distinguer en tant qu’individu et d’atteindre ses objectifs. Si des pays d’Asie du Sud-Est comme la Thaïlande n’ont pas été influencés par le confucianisme, ils sont également collectivistes.

Garder la face ou faire face aux conséquences

“Le concept de visage est très important dans les cultures d’Asie de l’Est et du Sud-Est” explique Jacques Sun. C’est un terme qui désigne votre sens personnel de l’honneur et de la dignité, que vous vous efforcez de maintenir dans vos interactions avec les autres. Alors que le concept d’estime de soi dans la psychologie occidentale fait référence à votre évaluation subjective personnelle de votre propre valeur, le visage est beaucoup plus lié à votre statut social, à votre prestige et à la façon dont vous êtes perçu par les autres.

La pire chose que vous puissiez faire dans vos relations avec les Asiatiques est de faire “perdre la face” à quelqu’un. Cela aura souvent pour conséquence que la personne vous évitera à l’avenir ou vous rendra peut-être la vie difficile.

Je me souviens d’un échange culturel en Finlande avec deux étudiants, l’un de Hongrie et l’autre de Chine. Je crois avoir dit une fois, sans réfléchir, quelque chose au Chinois qui l’a fait, parce qu’après cela, il s’est arrêté pour assister à nos réunions, en donnant généralement une excuse. Faire perdre la face à quelqu’un peut perturber ou mettre fin à la relation si l’on ne tente pas de lui rendre la face.

Vera