Création d’une association à Paris

La création d’une association à Paris est simple et à la portée de tous. Il suffit que deux personnes souhaitent se regrouper pour mettre en place une activité, et ce, dans les domaines aussi variés que le sport, la danse, la culture ou l’humanitaire par exemple et ensuite de procéder aux différentes formalités. Les statuts prévoient les règles de fonctionnement et permettent de fixer le cadre de l’activité tant au niveau du bureau, chargé de gérer et de faire vivre l’association, que des adhérents.

Les associations gèrent ensuite leur budget en tenant compte d’une part des ressources, essentiellement les cotisations des adhérents et les éventuelles subventions et d’autre part les dépenses liées au fonctionnement de l’association.

Les obligations des associations

Durant la vie de l’association, les réunions font l’objet de procès-verbaux qui permettent d’informer les adhérents des différentes décisions ou projets décidés par le bureau composé d’un Président, d’un Secrétaire et d’un Trésorier.

Chaque année, il y a l’obligation d’une assemblée générale au cours de laquelle ces représentants présentent le rapport moral et le rapport financier. Dans le cadre des associations dites loi 1901, l’association ne fait pas de bénéfices et doit présenter les comptes de l’année et les justifier. Une assemblée extraordinaire peut être déclenchée en cours d‘année à l’initiative du bureau ou des adhérents.

Les salariés des associations

Certaines associations emploient des salariés dans le cadre de leur fonctionnement. Ils sont régis par le droit du travail et bénéficient d’une convention collective comme tous les autres salariés dont ils ont les mêmes droits et obligations.

Pour effectuer les bulletins de salaire et les déclarations fiscales et sociales, les associations peuvent faire appel à des cabinets d’experts comme Action Association qui effectueront les démarches administratives et comptables et les conseilleront sur tous les domaines relatifs aux associations et en particulier sur les droits des salariés comme le droit d’expression par exemple.

En effet, au-delà de 11 salariés, les associations doivent avoir des représentants du personnel. Mais ils seront aussi force de proposition pour tout autre sujet comme dans le cadre de l’évaluation des risques professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *