Carénage, prix et réglementation d’un antifouling

Dès que le bateau séjourne à l’eau, il est dans l’obligation de protéger sa coque contre le fouling. Il s’agit de ces salissures d’origine organique qui limitent les performances du voilier ou qui augmentent la consommation du carburant. Fort heureusement qu’il existe plusieurs solutions pour y remédier, dont la peinture antifouling est la plus commune. Décryptage.

Comment réussir son carénage ?

Tous les bateaux naviguant dans l’eau, qu’ils soient lents ou rapides, nécessitent une protection sur mesure contre les organismes aquatiques. Pour réaliser un bon entretien, il faut appliquer une peinture antisalissure tous les ans. Le carénage est l’ensemble des opérations qui consistent à refaire l’antifouling de la coque. Il peut s’agir du : 

  • grattage des algues et des coquillages ;
  • nettoyage de la carène ;
  • séchage pour le premier accrochage ;
  • passage d’une ou de plusieurs couches d’antifouling.

Il est important de noter que le carénage des navires de toutes tailles est interdit en dehors des aires de carénages (des surfaces spécifiquement aménagées pour cet effet). Cela, puisque cette opération utilise des produits classés comme polluants et toxiques.

Quel prix pour un antifouling ?

Tout d’abord, l’achat d’un antifouling repose sur deux critères, dont : 

  • la nature de la coque : métallique ou non, en acier ou en alliage, etc. ;
  • la vitesse de croisière : supérieure ou inférieure à 25 nœuds. 

Le prix varie ainsi en fonction du type de peinture que vous allez choisir, de sa couleur, de sa technicité et de la quantité requise pour le recouvrement (monocouche ou multicouche).

À titre informatif, un antifouling classique à matrice dure s’achète à partir de 20 euros le pot de 0,75 l jusqu’à 50 euros environ selon la marque, soit entre 20 à 60 euros environ le litre. Concernant l’antifouling érodable ou semi-érodable, c’est le plus cher. Son prix est d’environ 40 euros pour le pot de 0,75 l et 250 euros pour le pot de 2,5 l, soit 53 à 100 euros le litre.

Qu’en est-il de la réglementation de la peinture ?

Cette peinture sous-marine est soumise à quelques réglementations en vigueur. En effet, depuis 1998, l’Union européenne a mis en place une directive biocide qui est devenue aujourd’hui un règlement encadrant l’usage et la fabrication des antifoulings. Comme les biocides sont des substances chimiques toxiques, l’Europe a décidé de les bannir afin de limiter leur impact sur l’environnement marin. Depuis, la liste des biocides autorisés par la communauté européenne est passée de 25 à 10. Face à ces changements, chaque fabricant a adopté une stratégie différente afin d’adapter ses produits à la nouvelle norme.

Entretien du bateau par antifouling, obligatoire pour la sécurité

Entretenir son bateau de manière régulière prolonge sa durée de vie et assure aux occupants sécurité et bien-être. Il ne faut donc absolument pas négliger un entretien approfondi de son embarcation et de sa coque afin de l’imperméabiliser et ainsi se prémunir des agressions extérieures tels que la météo, le sel de mer, crustacés et algues qui ne manquent pas de s’inviter au voyage !