Qu’est-ce qu’un trouble déficitaire de l’attention ?

Peu connu et entouré de préjugés, le trouble déficitaire de l’attention peut être très bien maîtrisé avec de bons traitements médicamenteux et psychologiques. Mais attention, le traitement doit être adapté à chaque patient.

Le trouble déficitaire de l’attention

Généralement diagnostiqué chez les enfants autour de 7 ans, le trouble de déficit de l’attention est un syndrome qui entraîne chez les personnes atteintes des difficultés à être attentives ou à se concentrer pour mener à terme des tâches plus ou moins complexes. Un trouble du déficit de l’attention (TDAH) peut être associé à de l’hyperactivité, mais ce n’est pas obligatoirement le cas.

Il s’agit du trouble le plus commun chez les enfants et peut concerner entre 5 et 10% d’entre eux. Trois symptômes principaux permettent de déceler un TDAH : l’impulsivité, l’inattention et l’hyperactivité. On remarque souvent que l’hyperactivité est plus exacerbée chez les garçons, et que l’inattention est plutôt prédominante chez les filles, mais les deux sexes sont touchés par le syndrome de façon égale.

Il a été établi que des facteurs génétiques avaient une certaine importance dans le développement du trouble déficitaire de l’attention puisqu’il est possible d’identifier au moins un membre de la famille atteint de TDAH autour de l’enfant. Toutefois, d’autres facteurs neurologiques peuvent expliquer le développement du syndrome chez les jeunes enfants.

Faut-il consulter un médecin ?

Consulter un psychiatre
Consulter un psychiatre

Certains enfants sont plus agités ou plus difficiles que d’autres, mais ne sont pas pour autant atteints d’un trouble déficitaire de l’attention. Avant de consulter, il faut impérativement surveiller la fréquence des crises et leur importance. Les parents peuvent se poser des questions quand l’agitation de l’enfant est quasi constante, et surtout qu’elle perturbe son développement ou ses relations avec son entourage.

Si les crises durent depuis plus de trois à six mois, ont lieu plusieurs fois par jour avec différentes personnes et dans différents endroits, et qu’elles perturbent ses résultats scolaires et ses relations avec l’entourage de l’enfant, les parents doivent faire appel à un médecin généraliste en premier lieu.

En premier lieu, un medecin generaliste pourra ausculter l’enfant, lui poser des questions et l’orienter vers d’autres tests médicaux auprès de spécialistes. Pour déterminer la présence d’un trouble déficitaire de l’attention, l’enfant doit passer plusieurs tests psychologiques et neuropsychologiques pour confirmer le diagnostic et commencer un traitement approprié. Pour définir la présence de TDAH, un medecin pourra aussi se servir d’échelles comportementales en fonction des témoignages des parents ou de l’entourage.

L’utilité d’un psychiatre

Quand le diagnostic de trouble du déficit de l’attention a été établi, il peut être très utile de consulter un psychiatre. Le traitement du TDAH repose à la fois sur la prise de médicaments pour réguler les symptômes et sur le suivi de thérapies psychosociales pour aider l’enfant à mieux vivre son trouble, surtout face aux préjugés tenaces sur la maladie.

Au contraire d’un psychologue, un psychiatre est tout à fait à même de délivrer les médicaments nécessaires à la maîtrise du trouble et d’adapter la thérapie comportementale en conséquence. Les médicaments les plus couramment utilisés sont des stimulants qui ont plus ou moins le même effet que la caféine : en stimulant l’attention, ils permettent de mener certaines tâches à terme.

Le suivi d’une psychothérapie lors d’un diagnostic de TDAH est très important. Souvent, l’enfant peut se sentir rejeté par ses camarades en raison de son comportement un peu différent. Les enfants atteints de ce trouble ont aussi tendance à avoir des résultats scolaires un peu moins bons ce qui peut entraîner une baisse de l’estime de soi. Un bon suivi est nécessaire, et beaucoup d’adultes vivent très bien avec ce trouble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *