Diagnostic et traitements du lipœdème

Les femmes peuvent souffrir d’une accumulation anormale de graisses sur ses membres inférieures. Il s’agit parfois d’un trouble hormonal ou génétique. Il faut également parler d’un déséquilibre du collagène. Il est donc conseillé d’aller auprès d’un spécialiste pour une consultation.

Que savoir sur ce trouble ?

D’emblée, il faut savoir que le lipoedème n’est pas une maladie. Il n’est pas non plus un problème lié à l’obésité. L’information doit être stipulée, car il se manifeste de la même manière que lors d’un excès de gras. En effet, il est possible d’observer des amas de graisses sur les cuisses ou les hanches. Dans ce dernier cas, il faut parler de culotte de cheval. Le trouble est encore méconnu par beaucoup de femmes. À cause de cette ignorance, il est parfois trop tard pour appliquer des thérapies adéquates. De ce fait, sa prise en charge est souvent tardive. À part la répartition anormale des graisses, les vaisseaux capillaires deviennent aussi fragiles face aux chocs. Ainsi, les hématomes se formeront à chaque coup reçu sur les zones atteintes. Les personnes touchées par le trouble ressentent aussi une souplesse particulière sur leurs articulations. Par ailleurs, l’insuffisance veineuse influencera la formation de varices ou vergetures.

Comment diagnostiquer le trouble ?

Le Lipoedème est perceptible dès l’adolescence en examinant les caractéristiques physiques de la jeune femme. Sachez qu’il met du temps pour affecter plusieurs parties du corps. À l’adolescence, les dépôts de gras sont uniquement visibles sur les hanches. Puis, les tissus adipeux prendront du volume au fil des années. Au final, les gonflements finiront par atteindre les cuisses, les avant-bras. Enfin, les signes cliniques deviennent apparents à l’approche de la cinquantaine. À partir de ce moment, quelques complications sont à mentionner tel que l’obstruction du système lymphatique. La patiente peut aussi souffrir d’un souci au niveau de sa Thyroïde. Pour le moment, il n’y a pas de technique médicale pour déceler le trouble. Par contre, il est possible de recourir à des constatations visuelles. En effet, les graisses ne vont pas disparaître du corps même après des régimes drastiques.

Quels sont les traitements ?

À l’heure, les scientifiques ont encore du mal à cerner le trouble. Il reste alors difficile à soigner. De plus, le résultat des techniques employées n’est pas toujours probant. Il y a entre autres l’usage d’un jean serré non élastique et la liposuccion. Pourtant, les graisses reviendront après la première année dans le cadre d’une chirurgie. À ce jour, la méthode la plus fiable est la contention avec des bas ou des bandes en mousse. Ces derniers seront combinés avec de la chirurgie. Il ne faut pas seulement utiliser des outils. Un rééquilibrage alimentaire est aussi incontournable. La patiente évitera notamment le sucre. La pratique de sports retardera aussi son évolution à travers le temps. En conclusion, le trouble est d’origine multiple. Il est difficilement repérable. D’ailleurs, il n’existe pas des examens médicaux pour confirmer le dysfonctionnement. Il faut juste se fier aux déformations corporelles et aux changements physiques. Les soins sont encore peu fiables. Par contre, il pourrait être limité grâce à des équipements et des aliments.