Comment réussir la diversification alimentaire de votre enfant

C’est la diversification alimentaire de votre premier enfant. Vous ne savez absolument pas comment faire et c’est normal. C’est une découverte pour les parents autant que pour les enfants.
Mais alors comment procéder ? Quelles erreurs à ne pas commettre ? Quel mode de préparation ?

Tout d’abord, vous devez savoir qu’il existe plusieurs diversifications alimentaires pour les bébés allaités ou en DME.

Quand votre enfant sera prêt et que le pédiatre vous donnera le feu vert, il faudra enfin vous lancer et vous allez adorer.
Grimace de bébé, ou encore éclaboussures, crachat… Fou rire assuré !

La diversification alimentaire étape par étape :

Étape 1 : vous allez juste commencer à donner un seul légume, le midi à votre enfant.
Ce n’est qu’un moment de découverte ; votre bébé ne sera pas rassasié grâce à cela.

Astuce : changez de légume tous les 3 jours ; effectivement si vous donnez qu’une seule fois un légume l’enfant n’aura pas le temps de découvrir son goût et sa texture entièrement. Augmentez le nombre de cuillères petit à petit.

Étape 2 : Amenez les céréales dans son alimentation. Vous pouvez les déposer dans le biberon le matin et bien mélanger. Le soir de même, mais ce n’est pas une obligation.

Astuce : d’après certaines études donner des céréales le soir aiderait bébé à mieux s’endormir et être repu toute la nuit.

Étape 3 : vous pouvez désormais introduire les fruits. De préférence au gouter. Privilégier les fruits bien mure. Texture très lisse.

Astuce : dès que votre enfant mangera bien, vous pourrez par la suite introduire les compotes le midi.

Les erreurs à ne pas commettre

Ne commencez pas à vous inquiéter quand bébé ne mange pas où n’est pas intéressé. Quoi qu’il arrive les premières bouchées de votre enfant ne seront pas agréable pour lui, bien différent du lait ça peut le perturber. Cela viendra avec le temps. Ne vous alarmez pas.

Ne pas consulter un pédiatre au moindre changement ou refus chez votre enfant. Ils arrivent à des moments de sa croissance où il n’aura pas forcément faim où le même besoin énergétique que ses journées habituelles.

Ne vous énervez pas. Votre enfant ressent tout et il peut comprendre que vous vous énervez parce qu’il ne mange pas ou qu’il fait une bêtise. Cela peut avoir des effets négatifs sur lui plus tard et il se peut qu’il n’apprécie aucun repas. Prenez votre temps et surtout appréciez le moment.

Vous ne devez pas l’habituer et lui donner toujours la même denrée. Vous devez diversifier l’alimentation environ tous les 3 jours. Votre enfant peut vite se lasser et ne plus vouloir essayer autre chose (ce n’est malheureusement pas le but).

N’insistez pas trop. Si votre bout de chou n’a pas envie de manger, passez à autre chose et donnez-lui un biberon. Car, si vous insistez vous allez le frustrer et il ne voudra peut-être pas manger par la suite. Il est important de donner du plaisir à votre enfant pendant cet instant, pour que plus tard, il s’épanouisse grandement dans la découverte de nouveaux goûts.

Ne commencez pas une diversification alimentaire avant l’âge prescrit par le pédiatre. Cela peut avoir de graves conséquences sur son organisme. Certains enfants ne grandissent pas à la même vitesse que les autres, ils ont parfois plus de temps pour consolider sa flore intestinale.
C’est souvent le cas chez les prématurés où les grossesses multiples.

Les points à ne pas oublier :

  • Ne pas ajouter de sel dans l’alimentation de bébé.
  • Inclure des huiles – privilégiez les huiles végétales.
  • Pas de gluten avant 6 mois.
  • Ne pas donner du sucre autre que celui des fruits.
  • Faites-en sorte qu’il n’y ait pas de manque ou d’excès de vitamines.
  • Bien garder la quantité nécessaire de lait pour l’âge de votre bébé.

La diversification alimentaire et les modes de préparation :

Il est souvent conseillé aux parents de faire à manger eux-mêmes les premiers mois. Effectivement cela vous permettra de savoir ce qu’il y a dans le plat mais surtout de choisir des produits frais et bio. Car un enfant est beaucoup plus sensible aux pesticides et autres produits chimiques présents dans les préparations de légumes ou de fruits.

Mais ne vous alarmez pas car les plats préparés faits pour bébé, sont encadrés par beaucoup de nombreuses normes. Il doit avoir beaucoup moins que 0,00 07 % de pesticides dans les préparations par exemple.

Ne vous mettez pas la pression c’est bébé qui donne le rythme. Vous n’avez plus qu’à le suivre. Que ce soit de la nourriture faite maison, pour les parents qui ont le temps où alors du tout préparé, tel que Blédina, Hipp, etc. Ce qui compte c’est que vous preniez du plaisir et que votre enfant aussi. La découverte pour bébé est le meilleur moment d’une vie, profitez-en.