Cancer de l’oesophage: traitements et approches complémentaires

Face au cancer de l’œsophage, il existe des traitements médicaux et des approches complémentaires dont les études médicales et scientifique confirme la nécessité de les intégrer aux traitements conventionnels de la maladie. Quels sont les traitements possibles ? Quelles sont leur efficacité ?

La chirurgie est-elle efficace ?

Le recours à la chirurgie tend à se généraliser pour traiter le cancer de l’œsophage. Le choix du type de chirurgie va dépendre de la taille, du stade d’évolution et de l’emplacement de la tumeur. Le chirurgien pouvant pratiquer une œsophagectomie partielle ou totale.

 

La technique de l’endoscopie œsophagienne s’avère efficace pour le cas des tumeurs superficielles. Elle permet d’enlever la partie atteinte à l’aide d’un tube muni d’un objectif, introduit par la bouche afin d’accéder au plus près des tissus malades et ainsi les détruire en totalité.

Qu’elles sont les principales raisons du recours à la chirurgie ?

Pour différentes raisons, la chirurgie est pratiquée et donne de bons résultats qui sont :

  • L’ablation complète de la tumeur
  • L’ablation d’une partie de la tumeur avant l’administration de traitements médicamenteux
  • La reconstruction du tube digestif après avoir été enlevé
  • La prise de traitement palliatif, ne vue de soulager les symptômes et réduire la douleur

Les chirurgiens et autres spécialistes du cancer de l’œsophage, classe cette maladie selon son degré de résécabilité. Les cancers dits résécables sont habituellement les cancers de l’œsophage de type 0, 1 ou 2. Le cas des tumeurs de l’œsophage de catégorie 3, le sont également, à condition que les tumeurs ne se soient pas développées dans le nerf laryngé, la trachée, l’aorte, le péricarde ou la colonne vertébrale.

Quant aux critères d’inopérabilité, ils doivent être recherchés avant d’engager tout acte chirurgical inutile.

Il existe des contre-indications à une chirurgie de l’œsophage, dont les principales sont les suivantes :

  • Les contre-indications relatives l’âge supérieur à 75 ans, au statut OMS = 2, et à la survenue possible d’une artériopathie sévère
  • Les contre-indications absolues, telles que l’insuffisance respiratoire sévère, la cirrhose, l’insuffisance rénale terminale, la cardiopathie ou la dénutrition sévère.
  • Pour les malades présentant des contre-indications à la chirurgie, d’autres traitements sont proposés.

Le site de l’association Espoire vous invite à en savoir davantage sur les indications et résultats des résections endoscopiques des tumeurs superficielles oeso-gastriques.

Quelles sont les alternatives possibles de traitement ?

Pour les patients dont la chirurgie n’est pas possible ou pas conseillée, en raison d’une mauvaise santé générale, ou d’antécédent de maladie cardiaque ou pulmonaire sévère, il est proposé d’autres traitements possibles, dont voici les principaux :

  • La radiothérapie est un procédé thérapeutique visant à détruire les cellules cancéreuses à l’aide rayons venant irradier l’endroit même où elles prolifèrent. Cette technique est efficace pour éliminer les tumeurs. Toutefois, elle présente différents effets secondaires, étant donné qu’elle atteint, par rayonnement à haute énergie, également les cellules saines. Ces effets secondaires sont généralement : la fatigue, inflammation et démangeaison au niveau de la peau, des douleurs thoraciques ou liées à la déglutition.
  • La chimiothérapie repose sur la prise de médicaments destinés à s’attaquer aux cellules cancéreuses en vue de les détruire ou de stopper leur croissance. L’administration de ce traitement médicamenteux s’effectue par voie orale ou intraveineuse. Malheureusement, comme la radiothérapie, la chimiothérapie est un traitement qui touche également les cellules saines. Malgré qu’elle soit raisonnablement supportable, elle présente des effets secondaires indésirables, comme la modification des cellules sanguines, les nausées et vomissements, la diarrhée et constipation, la chute des cheveux et une fatigue générale et persistante.

La combinaison de ces deux thérapies rend d’autant plus efficace le traitement contre le cancer de l’œsophage. Toutefois, elle intensifie la survenue des effets secondaires. Ces derniers n’étant pas irréversibles, ils s’estompent habituellement après la régénération des cellules saines.

Quant aux approches complémentaires possibles, elles peuvent convenir si bien sûr elles sont utilisées en complément aux traitements médicaux et non en remplacement de ceux-ci. Nous pouvons citer en soutient et en complément les pratiques soulageant les douleurs et autres effets secondaires : l’acupuncture, la massothérapie, training autogène, yoga ou le Qi Gong ou bien encore la naturopathie.

 

 

La fiscalité à Luçon est-elle avantageuse ?

La fiscalité est l’un des critères à prendre en compte lorsque l’on veut choisir d’implanter son entreprise dans une nouvelle région. En France, comme partout ailleurs, les avantages fiscaux varient selon les régions et bien évidemment, les démarches pour la déclaration d’impôts également. Qu’en est-il de la ville de Luçon ? Les réponses…

Luçon en quelques chiffres

Appartenant au département de la Vendée, Luçon est une belle petite ville de moins de 10 000 habitants. Le revenu moyen par personne est de 18 078 € l’année, ce qui est légèrement inférieur à celui constaté au niveau national s’élevant à 19 785 €. Plus de la moitié des fiscaux de la ville (60,7 % en 2015 selon le ministère de l’Économie) sont malheureusement non imposable, notamment à cause d’un taux de pauvreté assez élevé de 15 %. Les personnes les plus riches, représentant environ 10 % de la population, gagnent en moyenne 33 616 €. Les moins riches qui représentent également 1/10 de la population locale gagnent un peu moins de 7000 €. Cet écart reflète parfaitement les réalités au niveau national étant donné que le coefficient de Gini (mesure statistique pour indiquer l’inégalité de répartition des revenus) est de 30 %.

Tout sur les impôts locaux à Luçon

La recette fiscale locale de Luçon s’élève à plus de 5 millions d’euros, soit 831 € par foyer. Cette moyenne est bien au-dessus de ce qui se fait au niveau département (778 €). Il faut noter que le produit des impôts locaux provient de la taxe d’habitation, de la taxe foncière et la CFE. La CFE ou cotisation foncière des entreprises remplace la taxe professionnelle.

Par ailleurs, les impôts sur le revenu net moyen par foyer se situent à 2715 €, ce qui est bien loin des chiffres recensés au niveau national qui se situe à 21 793 €. Si l’on compare Luçon à ses communes voisines comme Chasnais ou Sainte-Gemme-la-Plaine, elle connaît une nette évolution des impôts par habitant au cours de ces 15 dernières années. Cependant, on remarque un léger ralentissement de 2008 à 2013 à cause du changement de l’équipe municipale.

La taxe foncière est légèrement plus élevée que pour les communes environnantes, que ce soit pour le bâti ou non bâti.

ErecaPluriel : pour mieux gérer les déclarations d’impôts

Le cabinet d’audit ERECAPluriel à Luçon est un cabinet d’expertise comptable qui aide les particuliers et les entreprises dans leur développement. L’agence locale propose tout un panel de services permettant à tout un chacun à mener à bien ses projets dans différents domaines comptable, fiscal, social. Le Groupe offre ainsi des conseils en fiscalité et aide dans toute déclaration fiscale ou autre démarches auprès de l’administration.

Comment organiser un déjeuner d’affaire ?

Savoir organiser un déjeuner d'affaire

Le déjeuner d’affaire est un moment important dans sa vie professionnelle, permettant de saisir de nouvelles opportunités et de faire décoller sa carrière. Si le repas est la représentation même de la convivialité, le déjeuner d’affaires se doit de respecter plusieurs règles pour être réussi et vous faire profiter de ses effets.

Continuer la lecture de « Comment organiser un déjeuner d’affaire ? »