Zoom sur la gastronomie du pays d’Anjou

Lorsque l’on vous parle gastronomie française, peut-être pensez-vous aux grands restaurants, aux chefs étoilés ou encore aux bouchons lyonnais. Pourtant, la cuisine française est avant tout une cuisine de terroir. Ainsi, chacune des régions de notre beau pays propose ses spécialités mettant à l’honneur des produits ou des savoir-faire locaux. Vous connaissez probablement la choucroute d’Alsace, la bouillabaisse marseillaise, le bœuf bourguignon, les galettes bretonnes… Mais connaissez-vous les spécialités angevines ? Zoom sur une cuisine du terroir qui pourrait bien motiver un arrêt dégustation lors de votre prochain passage en Anjou !

La gastronomie angevine ou l’attachement à la terre

Plus que ses spécialités culinaires, l’Anjou est connu pour son patrimoine historique, sa célèbre douceur de vivre, les paysages ligériens et ses vignobles. Ainsi, au-delà de l’attractivité de ce coin de France, on note un réellement attachement des Angevins à leur région, et ce depuis bien longtemps. La gastronomie de l’Anjou est à cette image, attachée à ses racines, fières des produits qu’elle voit croître en son sein. Mais elle sait également faire preuve d’audace comme nous le verrons plus bas.

Fouaces, galipettes et rillauds

Les spécialités d’Angers et de ces régions sont à l’image d’une région longtemps rurale comment l’attestent encore ses paysages. Ainsi, on découvrira avec gourmandise des spécialités mettant à l’honneur des produits simples et savoureux. C’est le cas par exemple avec les fouaces, également appelées fouées, des petits pains cuits au four à braise que l’on fourre traditionnellement de rillettes, de haricots blancs, de champignons… Ces mêmes champignons qui poussent encore aujourd’hui dans les caves troglodytiques de la région saumuroise et dont l’on farcit le chapeau de rillettes, d’échalotes et de champignons hachés ou encore de beurre d’escargots. Enfin, il est impensable de manquer la spécialité charcutière de l’Anjou, les rillauds, de délicieux morceaux de poitrines de porcs cuits au saindoux que l’on dégustera à l’apéritif, en salade ou seuls tout simplement.

Pâtés aux prunes et Quernons d’Ardoise, les gourmandises d’Anjou

La gastronomie angevine sait également combler les plus gourmands et les amateurs de douceurs sucrés. Incontournable en boulangerie et pâtisserie durant la saison des prunes, le pâté aux prunes et l’une des stars dans la ronde des desserts angevins. A la façon d’un gros chausson percé d’un trou en son centre, le pâté aux prunes permet de garder l’humidité des fruits durant la cuisson et d’offrir une texture unique et délicieuse à la dégustation.

Les chefs angevins savent également mettre à l’honneur les matériaux qui font la fierté et l’identité de l’Anjou. Extraits des carrières autour d’Angers, l’ardoise et son bleu caractéristiques recouvrent bon nombre de toitures dans le département. Ainsi, vers le milieu du XXIe siècle, un maître chocolatier a-t-il donné naissance au Quernon d’Ardoise, une tuile de nougatine recouverte de chocolat bleu aujourd’hui célèbre à Angers, en France et même dans le monde puisqu’il s’experte dans de nombreux pays.

Liqueurs angevines : Menthe Pastille, Cointreau…

Si l’on connaît l’Anjou pour ses vignes et ses vins, l’Anjou Rouge, le Cabernet d’Anjou ou encore le Coteau du Layon, la région est également réputée pour son savoir-faire dans l’horticulture. La tradition liquoriste de l’Anjou a donc donné naissance à de nombreux breuvages. C’est ainsi que naquit en 1885 la désormais célèbre Menthe Pastille, une liqueur de menthe poivrée.

Mais le savoir-faire de la distillerie a dépassé les seules cultures angevines comme l’atteste l’incontournable Cointreau, une liqueur d’écorce d’orange douce provenant de France et amère venant du Brésil. A l’instar des Quernons d’Ardoise, le Cointreau jouit aujourd’hui d’une notoriété mondiale, notamment auprès des chefs cuisiniers et des pâtissiers qui l’utilisent volontiers dans leurs préparations.