Tenir un Bullet journal, comment démarrer et quelles sont les étapes

Frank Bou-Hassira, le bullet journal

Vous êtes accro à la productivité ? Rédiger des listes de choses à faire, des calendriers, des traqueurs vous fait du bien ? Vous avez des milliers de post-it et de carnets de notes qui circulent ? Le Bullet Journal est fait pour vous. Et, bonne nouvelle, sa tenue est ultra bénéfique pour la santé. Un expert en développement personnel nous explique comment procéder.

Démarrer son bullet journal

Frank Bouhassira explique comment démarrer le bullet journal
Se lancer dans le bullet journal

Le Bullet Journal est une méthode analogique pour garder ses listes, ses objectifs, responsabilités, ses habitudes… Tout est documenté au même endroit. On peut également y stocker ses listes (les choses à faire, les livres à lire…). Cet outil est excellent pour le développement personnel.

Le système fondamental de ce type de journal est si simple que l’on peut l’utiliser pour créer un journal qui correspond vraiment à la façon dont son cerveau fonctionne. Certains vont même jusqu’à l’appeler leur deuxième cerveau ! En effet, il représente un deuxième endroit pour stocker toutes ses idées, ses pensées, ses tâches, ses horaires… Cela libère de l’espace cérébral, confirme Frank Bou-Hassira. Le cerveau peut donc se concentrer sur ce qu’il fait de mieux : penser de manière créative et détendue, au lieu de se souvenir de choses plus ennuyeuses, stressantes, administratives…

Les grandes étapes pour se lancer

Avant de se lancer dans des décorations fantaisies et des dessins sophistiqués qui peuvent effrayer au premier abord, le commencement. Pour démarrer son Bullet Journal, il suffit de se munir d’un bon carnet et d’un stylo de qualité. Ne pas hésiter à passer un peu de temps à choisir son carnet, car il risque de rester quelques mois.

L’organisation du Bullet Journal

On passe donc ensuite à l’organisation du cahier. On a besoin d’un système de référence. Cela permet de se référer rapidement à toutes les idées ou contenus mis en place dans le journal. Pour cela, on numérote toutes les pages.

Sur les premières pages, on créé son index. Cela est important, car l’index sera probablement consulté fréquemment à mesure que l’on ajoute du contenu dans le journal. Un index est essentiellement un endroit où l’on suit les numéros de page du journal, des pages planification, tracker… L’idée est qu’à chaque fois que l’on rajoute du contenu (journal de bord, collection…), on écrive le titre de la page et son numéro sur la page index.

L’organisation annuelle

Les pages suivantes peuvent servir à créer son journal de bord. Par exemple, sur les 4 pages suivantes, on peut créer un journal des événements. Il s’agit essentiellement d’un rappel des événements à venir. Ces événements peuvent être les anniversaires, les rendez-vous, les fêtes, les voyages… En gros, ce journal de bord futur est comme un calendrier à venir. Un endroit pour enregistrer toutes les dates importantes de l’année.

L’organisation mensuelle

Après le calendrier de l’année, on peut créer son calendrier mensuel sur les 2 pages suivantes. En d’autres terme, on énumère tout ce qu’on veut / doit faire au cours du mois à venir. On note évidemment les dates.

On peut créer des calendriers mensuels plus ou moins compliqué. Tout simplement, il peut s’agit d’une seule page, avec seulement les dates et les tâches à effectuer et rendez-vous. Mais on peut également combiner ce calendrier mensuel avec d’autres sections. Par exemple, la planification de l’avenir (les objectifs), l’enregistrement du passé (le suivi des habitudes et des dépenses…).

On le rappelle, tenir un journal (bullet ou non) est très bénéfique pour le cerveau, le stress, le développement personnel… Il ne reste plus qu’à se lancer !

Voyager au Québec? Conseils pour l’accès Internet mobile

Il existe beaucoup d’histoires d’horreur de voyageurs qui se trouvent avec des factures de cellulaire « trop élevées » après le retour des vacances. Cependant, l’utilisation de téléphone est importante et pratique, pour prendre des photos, pour une route ou une destination aussi.  

Il est cependant facile d’éviter ces frais et d’utiliser son téléphone judicieusement en voyage sans que cela coûte les yeux de la tête.

1. Utiliser son smartphone comme à la maison : l’erreur à éviter

Il faut éviter à l’étranger de continuer à utiliser Internet mobile comme si vous êtes à la maison.  Il faut ainsi faire une distinction qui est importante, ce qui coûte cher et augmente vos factures, ce n’est pas l’utilisation d’Internet sur les réseaux Wi-Fi gratuits, comme ceux des restaurants, des hôtels ou parcs ; mais l’utilisation d’internet dans la rue ou quand vous roulez avec votre voiture.

2. Un Réglage à vérifier obligatoirement sur votre téléphone pour éviter les frais

De plus ce qui est important aussi c’est qu’avant de traverser la frontière, vous devriez toujours bloquer l’utilisation des données en itinérance dans les réglages ou les paramètres de votre téléphone. Donc l’appareil ne pourra plus utiliser Internet mobile à l’étranger, à moins d’être connecté à un réseau Wi-Fi. Dans le cas contraire, vous pouvez activer l’option si vous avez activé le système Roaming ou si vous avez fait un choix de forfait approprié.

3. Quelques options possibles pour utiliser son cellulaire à l’étranger :

 

  • Petits utilisateurs ou petits budgets : Wi-Fi seulement

À L’étranger, là où vous êtes, vous pouvez se doter juste d’une connexion via la Wi-Fi là où il se trouve. Vous pouvez vous servir de votre téléphone pour prendre des photos depuis votre caméra, comme vous pouvez appeler ou envoyer des messages en cas d’urgence. Une ou deux minutes d’appel (environ 1$ ou 2$ la minute) ou trois SMS (environ 50¢ par message) ne vous ruineront pas. Toutefois le GPS fonctionne même sans données cellulaires.

  • Petits voyages : prendre un forfait voyage de chez son fournisseur internet au Québec :

Les fournisseurs internet mobiles offrent des forfaits voyages qui incluent généralement des appels et des messages illimités et une petite quantité de données Internet, ou les mêmes modalités de votre forfait à la maison. Les prix varient entre 5 et 10$ par jour, ce qui convient pour une utilisation modérée durant un court séjour.

  • Grands utilisateurs ou long séjour : une carte SIM locale est la meilleure solution

Si vous êtes un grand consommateur d’Internet, vous êtes incapable de passer une heure sans accéder aux réseaux sociaux ou vous allez passer un long séjour, il serait préférable de vous abonner à un service local à destination. Dans ce cas-là, vous pouvez vous abonner temporairement à titre d’exemple à Vodafone en Europe ou à T-Mobile aux Etats-Unis. D’ailleurs dans ces parties du monde vous pouvez profiter et bénéficier de forfaits moins chers qu’au Canada et beaucoup avantageux, en plus sans engagement.

Le fournisseur internet mobile local au Québec vous munira d’une nouvelle carte SIM. Vous aurez un numéro de téléphone local, pendant la durée de votre voyage.  Votre compte canadien sera inactif, ainsi que vous pouvez demander de le suspendre le temps que vous reveniez.

Vous deviez pour ce faire, détenir un appareil déverrouillé. Alors, avant de choisir un fournisseur Internet local, assurez-vous que votre téléphone sera compatible avec leur réseau, et que vous allez bénéficier d’une bonne couverture.

Guide pratique pour organiser un séjour de rêve à la Réunion

Reunion

Île exotique située aux abords de l’Afrique, la Réunion a de quoi plaire les visiteurs amoureux de belles plages et en quête de découverte. Pour profiter pleinement du séjour sans risquer de se perdre, il est important de songer en amont au moyen de transport idéal pour se déplacer en toute sérénité et en toute sécurité. Continuer la lecture de « Guide pratique pour organiser un séjour de rêve à la Réunion »

Évasion assurée pendant un circuit au Costa Rica

Localisé sur l’isthme centraméricain, le Costa Rica est entouré par la mer des Caraïbes et l’océan Pacifique. Il partage des frontières avec le Nicaragua et le Panama. Le pays est réputé pour ses plages, ses volcans et sa biodiversité. D’ailleurs, le quart de son territoire est constitué par une jungle protégée qui abrite une faune et une flore diversifiées.

Visite de la ville exotique de Monteverde

Dans la région montagneuse du pays, Monteverde est réputée pour sa forêt de nuages abritant une grande biodiversité. Dans la fameuse réserve biologique de la région, plusieurs espèces sauvages sont présentes. Les touristes pourront apercevoir des jaguars, des ocelots ou encore le quetzal resplendissant. Quant à la végétation du site, des fougères et des orchidées ornent ses sentiers balisés.De plus, grâce à des ponts suspendus, il est possible de faire des promenades au-dessus de la canopée du lieu. Monteverde regorge de fabuleux endroits où la faune et la flore sont extrêmement généreuses. Parmi ceux-ci, des jardins de papillons et un jardin de colibris, aussi appelé le serpentarium, sont à citer. Des plantations de café et de sucre peuvent également y être visitées. En outre, la contrée offre nombreuses activités telles que la promenade à cheval et les excursions en tyrolienne dans les canyons. Ce circuit promet d’être très excitant.

Découverte des splendides paysages de San José

Dans la région de la Vallée Centrale, la capitale costaricaine, San José, n’est pas à rater. Au sud, elle est bordée par la cordillère de Talamanca et au nord, par des volcans. La particularité de la ville repose sur ses bâtiments coloniaux espagnols. Le Théâtre national en est l’exemple par excellence. Pour observer des artéfacts étincelants, il est conseillé de visiter le musée de l’Or. Il se trouve en contrebas de la Plaza de la Cultura. Pendant un circuit au Costa Rica, il est également recommandé de faire un tour au marché central de San José. Des marchands et des petits restaurants, localement appelés sodas, sont en abondance dans cet endroit. Pour se procurer des objets artisanaux, le MercadoNacional de Artesanias est le lieu idéal. Quant à ceux qui aiment sortir la nuit, ils sont invités à se rendre autour du centre commercial El Pueblo. L’ambiance sera au rendez-vous.

Escapade au parc national de Tortuguero

Au Costa Rica, le parc national de Tortuguero est l’un des sites les plus appréciés des touristes. Il se trouve dans la province de Limon, dans l’une des régions les plus humides du pays. Son territoire est constitué par 311 km2 d’espace terrestre et 5 200 km2 d’habitat maritime. La faune de la réserve est bien considérable, car elle réunit bon nombre d’animaux sauvages. Elle est composée de 60 espèces de mammifères, 57 espèces d’amphibiens, 111 espèces de reptiles et 309 espèces d’oiseaux. Parmi celles-ci, les visiteurs pourront apercevoir des lépisostes, des jaguars, des Grand Hérons ou encore des perroquets. Toutefois, l’observation des tortues pondre sur les plages est l’activité la plus attractive de la contrée. Quant à la flore du parc, elle regroupe 2 200 espèces de plantes et 400 espèces d’arbres. Par ailleurs, l’aire protégée dispose d’une piste de randonnée et de trois pistes aquatiques.