Quel type d’étiquette de prix choisir ?

Pour se conformer à la dernière législation sur les étiquettes alimentaires et répondre aux attentes des consommateurs, les entreprises doivent désormais faire preuve d’une plus grande transparence en matière de prix, d’ingrédients et de sécurité alimentaire (origine des produits et allergènes).

Bien que la loi puisse sembler restrictive, vous pouvez y voir l’occasion de mettre à jour vos méthodes d’étiquetage. Et comme pour tout autre commerce, les clients seront fortement attirés par un affichage professionnel et bien conçu.

Un étiquetage standardisé, propre et facile à lire renvoie une image à la fois professionnelle et attrayante de votre entreprise. Trouver un support abordable et attrayant pour les étiquettes de prix, que vous pouvez installer rapidement et garder propre avec un minimum d’efforts, tout en affichant toutes les informations requises dans un espace limité, n’est pas chose facile.

Plusieurs solutions sont disponibles, même avec un petit budget, pour vous aider à allier efficacité et professionnalisme, tout en évitant un étiquetage disparate.

Le papier est-il moins gênant ?

Encore largement utilisées, les étiquettes prix en carton ou en papier sont bien sûr la solution la plus économique (environ 0,10 € par étiquette), malgré les inconvénients suivants :

  • une désintégration rapide due à l’humidité
  • le temps passé à les produire et à les remplacer
  • la difficulté de les découper proprement
  • ils se tachent facilement et sont difficiles à nettoyer
  • un aspect visuel moins flatteur

Remarque : le coût est très souvent sous-estimé, car il ne tient pas compte du temps passé à les fabriquer, les découper et les plastifier.

Étiquettes manuscrites : est-ce pratique ?

Beaucoup de petites entreprises pensent qu’écrire les étiquettes à la main est plus rapide et rend les mises à jour plus flexibles. Mais le texte écrit à la main : 

  • Peut contenir des fautes d’orthographe
  • Peut être difficile à lire
  • Peut ne pas être attrayant, selon l’auteur
  • Peut s’effacer ou se tacher s’il est écrit à la craie ou au feutre
  • Peut être difficile à faire tenir dans l’espace disponible sur l’étiquette
  • Peut ne pas être hygiénique

Cartes en plastique personnalisées, imprimées en magasin

Une autre alternative aux étiquettes en papier a connu un grand succès ces dernières années :

Les étiquettes en PVC que l’on peut imprimer soi-même avec une petite imprimante de bureau. Très robustes, d’aspect professionnel, et capables de contenir toutes les informations dont les clients ont besoin, les étiquettes en plastique révolutionnent aujourd’hui l’étiquetage des produits frais en rayon, au même titre que les solutions électroniques, qui sont en réalité plus compliquées.

Avantages et inconvénients de l’impression de cartes en plastique

Les principaux avantages de ce système résident dans l’autonomie qu’il offre aux entreprises, et dans son aspect visuel :

  • Robustesse et facilité de nettoyage
  • Gain de temps (environ 30 minutes de gain par rapport aux autres méthodes)
  • Image de marque professionnelle
  • Adapté au contact alimentaire
  • Etiquettes entièrement personnalisables
  • Grande réactivité pour la mise à jour des prix, la mise en évidence des promotions, etc.

La nécessité d’utiliser un ordinateur et de réimprimer les cartes à chaque changement de prix peut être considérée comme un inconvénient, car les cartes ne sont pas réinscriptibles. Cela dit, il existe sur le marché des modèles de petites imprimantes qui peuvent être conservées dans un coin du bureau et connectées à un PC. Le logiciel fourni avec l’imprimante permet de créer des étiquettes de manière homogène et automatisée, car ces solutions comprennent des modèles de cartes qui peuvent être facilement mis à jour. Aucune connaissance informatique spécifique n’est requise. De nombreux modèles de cartes sont disponibles avec ce logiciel.

Les cartes en plastique imprimées directement sur le point de vente constituent donc une solution efficace par rapport à tous les efforts nécessaires à la production d’étiquettes en papier. Le coût de l’impression recto-verso est inférieur à 25 centimes d’euro.