Étudiant confiné, comment s’en sortir financièrement ?

Beaucoup d’étudiants n’ont pas pu rentrer chez eux en cette période de confinement et doivent rester dans leur chambre d’université malgré la cessation des cours. Avec une perte de revenu complémentaire, acquis notamment par les cours de soutiens, les babysittings ou les petits jobs comme serveurs dans des bars, certains ont du mal à s’en sortir financièrement. Voici quelques conseils qui peuvent changer la donne.

Pas de statut de salarié pour les étudiants qui travaillent

En Belgique, les étudiants qui travaillent sont nombreux en temps normal. C’est devenu logique pour la majorité de gagner un peu d’argent afin de financer leurs sorties, leurs nourritures et quelques extras sans alourdir davantage les parents. Mais selon la loi du pays, les étudiants ne peuvent travailler que 476 heures par an parce que les études doivent être prioritaires. Mais cette limite ne leur fait pas profiter du statut de salarié. Aussi, en début de confinement, ils n’ont pas pu prétendre aux aides et aux soutiens financiers accordés pour certains employés, ni même prétendre aux allocations chômage.

La situation devient donc de plus en plus compliquée pour les étudiants précaires qui ne sont pas retournés chez eux.

Les cours en ligne : une bonne idée

Pour certains, le comptable à Ixelles conseille le maintien des cours de soutiens en ligne. Ce n’est pas une dérogation aux mesures de confinement. Il est tout à fait possible de le faire via Skype, WhatsApp et autres systèmes de télécommunication virtuelle.

Si le cours en établissement en cessés, la majorité des écoles belges, pour ne pas dire la totalité, ont maintenu une permanence éducative en ligne. C’est-à-dire que les parents doivent prendre le relai pour l’apprentissage des cours. Et c’est compliqué pour certains qui se lancent alors en quête de coach ou soutien en ligne.

Sur les plateformes de mise en relation entre particuliers ou les applications d’échanges de service, les demandes de ce genre ne manquent pas. L’avantage est qu’en ligne, il est possible de proposer des cours pour les enfants belges, mais aussi pour des étudiants dans le monde entier. 

Garder son travail à ses risques et périls

Certains étudiants ont pu et souhaité garder leur ancien emploi. Tel est le cas notamment des livreurs et de certains postes réquisitionnés en cette période de confinement. Le comptable Ixelles salue notamment l’effort pour ces derniers pour ne pas être à découvert. Néanmoins, c’est une alternative assez risquée. Selon les sondages, quelques milliers d’étudiants de ce genre ont été infectés par le virus depuis le début du confinement.

Quitte à devoir sortir pour gagner sa vie, autant prendre quelques précautions. Par exemple, les désinfectants sont des alliés à ne pas minimiser en ces temps troubles. Il faudra désinfecter les paquets avant la livraison et la réception. En outre, il est conseillé de porter des gants, des masques et une tenue de protection qu’il faudra changer entre chaque livraison pour ne pas s’infecter et infecter les autres. En outre, les gels hydroalcooliques sont des musts pour se laver les mains fréquemment tant que l’on est de sortie. Sans compter bien évidemment les normes de distanciations sociales.