Une nouvelle réglementation européenne pourrait éliminer les connexions OBD sur les voitures neuves

Le 18 avril est une date importante pour les constructeurs automobiles et le Parlement européen s’est réuni pour voter une nouvelle norme réglementaire qui pourrait permettre aux constructeurs d’éliminer les systèmes de diagnostic embarqués OBD, ce qui signifie que la vague de nouveaux modèles qu’ils préparent ne disposent pas de ce système.

Plus connu sous le nom d’OBD, acronyme de “On Board Diagnostics”. Il s’agit d’un système de diagnostic installé à bord de tous les véhicules qui permet de capturer les données d’erreurs de fonctionnement de tous les systèmes de votre voiture, ce système fonctionne grâce à une pris située sous le volant et pouvant être branchée avec un outils comme OBDclick, qui permet de se connecter à une interface de diagnostic du véhicule.

Le système est apparu en Californie, aux États-Unis, en 1988, et a d’abord été monté sur des modèles équipés de moteurs à essence pour contrôler les valeurs d’émissions maximales, obligeant les marques à inclure des LEDs d’avertissement en cas de dysfonctionnement pour les propriétaires. Mais ce n’est que huit ans plus tard que l’OBD II est apparu aux Etats-Unis, et l’Europe a développé ce système directement sur la deuxième version réglementée par la Directive 98/69EG, qui devait être équipée de modèles à essence depuis 2000 et diesel depuis 2003.

Identifier rapidement les défauts des véhicules avec l’OBD

 

Ainsi, l’OBD tel que nous le connaissons en Europe (OBD II de l’autre côté de l’atlantique) contrôle les capteurs impliqués dans les rejets de carbone – en plus des nombreux autres qui gèrent l’ensemble du véhicule – et lorsqu’il détecte un défaut, le système informe le conducteur en allumant un témoin lumineux dans le tableau de bord et en laissant un enregistrement sous forme de code, qui permet aux ateliers de détecter le défaut pour réparation immédiatement.

Grâce aux codes, cette fonction est également utilisée pour activer ou désactiver certaines fonctions du véhicule que vous souhaitez avoir mais que vous ne pouvez pas avoir. Toutefois, cela pourrait prendre fin avec la mise sur le marché de nouveaux modèles prochainement, à savoir que le Parlement européen a voté le 18 avril un projet de règlement sur l’homologation des véhicules et, si le résultat est positif, les constructeurs seront exemptés du respect de cette norme et permettront l’élimination de ce dispositif.

Le problème vient pour les mécaniciens indépendants des concessionnaires officiels, qui auront un accès plus difficile à l’information des unités qui leur arrivent à réparer ne pouvant pas se connecter avec les services du constructeur, puisque toutes les informations des nouvelles générations de véhicules seront transmises sans fil jusqu’à un serveur virtuel appartenant aux constructeurs  et le problème serait que l’énorme volume de données qui aurait besoin de disques durs de capacité énorme pour stocker tous les défauts en prenant en compte la technologie avancée qui commence déjà à embarquer dans quelques modèles. Sans aller plus loin, la nouvelle Mercedes classe A en est un parfait exemple.

Une grosse erreur serait de penser que cet avenir sans fil – un peu plus proche du présent – se traduira par une légère baisse du prix des voitures, étant donné que l’élimination du système OBD dans la production de masse signifiera des centaines de milliers ou des millions d’euros d’économies ; les constructeurs quant à eux n’ont pas annoncé de baisse prix des futurs modèles, ce qui n’est pas à l’avantage des consommateurs.

Mais du point de vue réglementaire, pour l’instant, cette nouvelle norme d’homologation votée le 18 avril 2018 ne prévoit pas d’autre système de stockage et de transmission des informations et des données, il convient donc de développer rapidement de nouvelles normes de communication, surtout lorsque les constructeurs ont l’obligation de partager les données nécessaires pour effectuer des réparations même dans des ateliers indépendants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *