Les déchets plastiques

La collecte indifférenciée des déchets plastiques ménagers offre, par rapport aux coûts élevés, peu d’avantages pour l’environnement. C’est l’une des conclusions de l’étude « KuRVe » (Kunststoff-Recycling und Verwertung/Recyclage et réutilisation des plastiques) menée par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) avec huit cantons et diverses associations professionnelles.

Agacés par le pourcentage élevé de plastique dans leurs sacs à ordures, de nombreux consommateurs sont prêts à s’engager à collecter différents emballages en plastique. En ce sens, une collecte non triée des déchets plastiques est proposée dans certaines communes suisses. À cet égard, l’étude «KuRVe» a cependant montré aujourd’hui que la collecte indifférenciée de tous les emballages plastiques ménagers présente le plus bas niveau d’efficacité écologique: face à l’état actuel de la technique, les bénéfices environnementaux sont peu nombreux par rapport aux coûts disproportionnés.  Les matériaux synthétiques sont trop différents d’un point de vue chimique et physique, ils sont donc inadéquats pour un recyclage raisonnable. Pour cette raison, il n’est pas surprenant que la collecte séparée soit inégalée en termes de coûts, d’avantages et d’efficacité.

LES AVANTAGES ENVIRONNEMENTAUX DÉPENDENT DE LA QUALITÉ

Les bénéfices pour l’environnement dépendent donc essentiellement de la qualité du matériau recyclé obtenu et de la possibilité correspondante de remplacer le matériau nouvellement produit. L’étude conclut donc que la collecte séparée des bouteilles de boissons et le  bouchon bouteille  en PET offre la plus grande efficacité écologique, suivie d’une collecte séparée des bouteilles en plastique et des cartons de boissons. Dans la collecte non triée de plastique, le rapport coûts / bénéfices, en revanche, n’atteint qu’environ un tiers de l’efficacité attribuée au recyclage du PET.

La collecte indifférenciée de tous les emballages plastiques domestiques (bouteilles, verres, sacs, etc.) présente le plus bas niveau d’efficacité écologique.

AVANTAGES ÉCOLOGIQUES RÉDUITS

Avec la collecte indifférenciée du plastique, trop de matière est collectée qui doit être incinérée et beaucoup de matière recyclable n’offre pas d’avantages écologiques significatifs. Selon l’étude, seuls 25 à 30 % peuvent être utilisés pour fabriquer des produits de haute qualité. Un exemple relatif de calcul : selon l’étude, grâce à la collecte non triée de plastique, 14 kilogrammes de matière synthétique de plus pourraient être collectés par personne et par an, mais la plus grande partie doit éventuellement être incinérée. Les avantages écologiques potentiels qui en résultent correspondent à peu près aux économies d’un trajet en voiture de seulement 30 km par personne et par an. À titre de comparaison : un Suisse parcourt en moyenne 23,8 km en voiture en une seule journée. L’Association, suisse du recyclage, l’Organisation des infrastructures municipales (Centre de compétence de l’OCI des communes et des villes pour la gestion des infrastructures publiques) et l’Association suisse des gestionnaires et exploitants d’usines de traitement des déchets (ASIR) arrivent également à la conclusion claire que, dans un proche avenir, les déchets plastiques ménagers non triés devraient être placés dans des sacs à ordures.

La collecte séparée des bouteilles de boissons en PET a le plus haut niveau d’efficacité écologique pour chaque franc investi.

LA COLLECTE SEULE NE SUFFIT PAS POUR PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT

L’étude «KuRVe» fournit des informations de base sur le recyclage des matières synthétiques en Suisse. C’est pourquoi, à l’occasion d’un colloque sur les plastiques qui se tiendra à la mi-novembre, l’Office fédéral de l’environnement et les cantons auront une grande discussion sur l’avenir du recyclage des matières synthétiques. Il est nécessaire de comprendre dans quelles mesures efficaces la contribution la plus élevée à la protection de l’environnement pourrait être fournie. La collecte à elle seule ne suffit pas pour protéger l’environnement. Seul le matériau recyclable doit être collecté, car une dépense relative n’a de sens que si un produit nouveau et respectueux de l’environnement est fabriqué. En réalité, c’est le principe suivant : «Réduire, réutiliser et recycler» – et précisément dans cet ordre. Le plus important est que la quantité d’emballages en plastique est réduite notamment grâce aux produits avec une date de péremption plus longue. Ensuite, l’accent est mis sur ce que l’on appelle le «Design for Recycling», c’est-à-dire la production d’emballages de telle sorte qu’ils puissent finalement être recyclés. Enfin, des systèmes de collecte nationaux et efficaces sont décisifs pour un recyclage intelligent.