De quelle façon se préparer à la formation SST

De quelle façon se préparer à la formation SST

En France, tous les employeurs sont tenus d’avoir un SST (Sauveteur secouriste du travail) pour leur entreprise. Le Sauveteur Secouriste du Travail est un terme français qui signifie “travailleur d’urgence” Cette personne a la responsabilité de fournir les premiers soins et de porter assistance en cas d’accident ou de tout type de crise. Dans ce billet de blog, nous allons voir comment vous pouvez vous préparer avant le début de la formation grâce à des conseils d’experts, ainsi que ce que les employeurs doivent faire lorsqu’ils embauchent quelqu’un pour ce poste

1-Sauveteur Secouriste du travail : Définition

Le secouriste est une personne qui, en cas d’accident ou d’effondrement sur le lieu de travail (ou en dehors des heures de travail), intervient pour réduire le risque et/ou la blessure.

 Quand cette formation a-t-elle lieu ?

Cette formation a lieu les week-ends tout au long de l’année. Il y a deux sessions par mois qui se déroulent un week-end, généralement le deuxième et le troisième week-end de chaque mois.

Qu’est-ce que je vais apprendre ? 

Cette formation vous apprend à agir rapidement en cas d’accident ou d’effondrement, à vous occuper d’abord de vous-même (avant d’aider les autres), à pratiquer une réanimation de base si nécessaire (RCP adulte, enfant et nourrisson). Vous savez également utiliser un défibrillateur en cas de l’arrêt cardiaque.

 Où peut-on suivre les cours ?

Le cours SST se déroule en entreprise, ou dans un centre de formation. Vous pouvez donc apprendre à réagir rapidement là où les situations d’urgence sont le plus susceptibles de se produire : sur votre lieu de travail ! Afin de pouvoir offrir le plus grand nombre de places possible lors de chaque session, nous demandons aux entreprises et aux particuliers

2-Comment devenir sauveteur secouriste du travail (SST) :

Pour devenir un SST en France, vous devez suivre une formation spécifique pour accroître votre sensibilisation et vos compétences en matière de santé et de sécurité au travail. Dans un langage simple, le cours montrera comment les employés peuvent prévenir les accidents du travail ou assurer leur propre sauvetage si jamais ils se blessent en travaillant sur le site. L’objectif n’est pas seulement de réagir

Les principaux thèmes du cours sont : la prévention, les premiers secours et les interventions d’urgence ainsi que les techniques de sauvetage. En plus de cela, il y a une session sur la surveillance de la santé (contrôle médical) au travail.

Pour devenir un SST, vous devez être couvert par une assurance professionnelle pour vos activités en relation avec votre travail

3-La formation nécessaire pour devenir sauveteur secouriste du travail 

Son contenu :

  • Cours de premiers secours d’une journée (stationnaire)
  • Préparation et révision du SST avec un tuteur en groupe
  • Cours de formation complémentaires : 12 heures de formation sur une période d’au moins six mois-et une certification tous les deux ans
  • A l’issue de ce processus, vous pourrez travailler en tant que sauveteur secouriste du travail

Comment se préparer à la formation SST (Sauveteur secouriste du travail) ?

Vous devez lire des documents sur la sécurité afin d’être capable de comprendre les dangers potentiels dans votre environnement de travail et comment vous pouvez vous protéger.

Préparation et révision du SST avec un tuteur de groupe :

  • Cours de premiers secours d’une journée (stationnaire)
  •  Cours de formation complémentaires : 12 heures de cours de formation complémentaire : 12 heures de formation sur une période d’au moins six mois

La préparation est essentielle pour une formation SST réussie.

  • Vous devez connaître vos droits et la réglementation entourant la formation SSI en France.
  • Veillez à disposer de tous les documents nécessaires, tels que les pièces d’identité ou les passeports, qui seront contrôlés lors de l’inscription.
  • Vous devez remplir le formulaire d’inscription en ligne avant votre cours. – Sachez que vous devez assister à tous les jours de formation, sauf préavis écrit du Centre de formation des sapeurs-pompiers professionnels (SSI).

4-Aides de l’état pour ceux qui veulent suivre la formation Sauveteur Secouriste du Travail :

 Si vous êtes salarié, votre employeur doit prendre en charge la formation. Il vous sera remboursé par une aide à la formation ou à la reconversion (CIF). Vous pouvez également demander un remboursement auprès de Pôle emploi. Votre établissement scolaire peut mettre en place un contrat de formation avec la CFDT et financer votre formation SST ;

Vous pouvez demander une bourse à l’école ou à l’université si vous faites des études. Si la formation est gratuite, elle vous sera remboursée par Pôle emploi lorsque vous trouverez un emploi (vous devez vérifier cette information auprès de votre établissement) ;

Les enseignants : La formation des enseignants doit être prise en charge par le directeur de l’école, mais elle peut être remboursée par Pôle emploi si elle suit en 2017 ;

Vous pouvez également bénéficier d’une indemnité d’outillage (CIF) ou d’une aide à la préretraite. Elle remboursera ensuite votre école après que vous ayez trouvé un emploi.

Non-salariés travailleurs ou chefs d’entreprise : Vous pouvez prétendre à une formation SST auprès de votre organisme professionnel ;

Si vous êtes au chômage, vous devez être inscrit à Pôle emploi.

5-Comment se déroulent les évaluations d’un sauveteur secouriste du travail (SST)

Le sauveteur secouriste du travail (SST) est jugé par son supérieur immédiat. L’évaluation doit être faite dans le mois qui suit les sessions de formation ou les urgences simulées.

L’évaluation du sauveteur secouriste du travail (SST) porte sur :

  • l’animation et la supervision
  • les connaissances, la compréhension et les compétences.
  • Respect des normes de santé et de sécurité en vigueur en France, adaptées à chaque entreprise

Entretien et maintenance d’équipements pétroliers : vers qui se tourner ?

Contrairement aux idées reçues, gérer une station-service n’est pas une mince affaire. De nombreuses compétences doivent être regroupées pour mener à bien cette mission. Elle incombe généralement au manager ou au gestionnaire de l’infrastructure. Pour simplifier la tâche, le recours à un prestataire spécialisé s’impose. Le point !

Quel prestataire choisir pour l’entretien et la maintenance des équipements pétroliers ?

En général, le gestionnaire ou le manager d’une station-service se préoccupe plus des problèmes financiers. Il néglige souvent certains paramètres importants tels que l’entretien et la maintenance des équipements pétroliers. Et pourtant, cela constitue une erreur monumentale à éviter absolument. Des matériels et équipements mal entretenus sont synonymes de pertes d’argent. Des infrastructures sales affectent négativement la notoriété d’une société de distribution de carburant. Les clients et les visiteurs récurrents penseront qu’il s’agit d’une station-service insalubre. Ils n’hésitent pas à aller vers des entreprises concurrentes. D’où la nécessité de bien entretenir les locaux et les équipements présents sur sa station-service.

L’entretien des équipements pétroliers constitue une étape indispensable pour une station-service. En confiant la tâche à des incompétents, les mauvaises surprises seront inévitables. Idem pour les opérations de maintenance des équipements : cuve de stockage, îlot de distribution, distributeur de carburant, zone de dépotage, etc. Aussi, le personnel est exposé à des dangers mortels. L’équipe responsable des opérations doit donc disposer de tous les équipements de protection nécessaires. Elle procède en respectant les normes techniques et sécuritaires. Autrement, des accidents peuvent survenir et entraîner des pertes humaines et matérielles conséquentes. C’est pourquoi il faut bien choisir le prestataire. Les sociétés de maintenance dotées de plusieurs années d’expérience sont à privilégier (plus de 50 ans).

D’autres points importants à considérer

Les sociétés spécialisées dans l’entretien et la maintenance d’équipements pétroliers sont présentes partout en France. Leurs prestations s’adressent particulièrement aux propriétaires d’une station carburant. C’est notamment le cas des stations-service privatives. Elles ont une clientèle plus exigeante par rapport aux stations-service publiques. Bien entendu, les dépôts pétroliers ont également besoin d’un entretien ponctuel. L’objectif est de préserver la qualité des infrastructures et de prolonger leur durée de vie. Il est important de connaître toutes les prestations d’une société spécialisée dans la maintenance des équipements pétroliers. Normalement, elles doivent être présentées clairement sur le site web du prestataire. Il en va de même pour ses dernières réalisations, des éléments importants à considérer.

Il est plus rassurant de faire appel à une société professionnelle pour entretenir ses équipements pétroliers. La qualité des prestations constitue un point crucial à prendre en considération. Encore une fois, il faudra visiter le site internet du prestataire pour vérifier ce paramètre. Il devrait être possible d’y trouver une représentation graphique des zones couvertes par les services. Il s’agit généralement d’une carte indiquant les départements et les villes concernés par les interventions de l’équipe de la société. Les prestations varient d’une entreprise à l’autre. Parmi elles, on peut citer notamment le nettoyage, dégazage et la neutralisation des cuves. Il y a aussi le contrôle quinquennal des détecteurs de fuite (à pression ou dépression) et le contrôle ICPE des installations classées.

Faire une location de voiture en Guadeloupe à l’aéroport

location de voiture en Guadeloupe à l'aéroport

Le voyage en Guadeloupe débute à l’aéroport de Pointe-à-Pitre. C’est la porte d’entrée de cet archipel des Caraïbes. Que ce soit pour les habitués de cette destination ou bien pour ceux qui y viennent pour la première fois, ils doivent tous savoir que la question de transport est importante. Comme les moyens de transports en commun y sont assez aléatoires, l’idéal est de faire une location de voiture en Guadeloupe à l’aéroport. De cette manière, ils n’auront plus de souci à se faire jusqu’à la fin de leurs séjours. Voici ce qu’il faut savoir :

Ce qu’il faut savoir sur la location de voiture en Guadeloupe

Pour pouvoir louer un véhicule lors des vacances en Guadeloupe, il faut respecter quelques règles. L’obtention d’un permis de conduire valide en est une. Ce document doit dater de 2 ans au minimum. Il est donc évident que le vacancier qui fait la location depuis l’aéroport connait et maitrise tout sur le code de la route. L’âge minimum accepté par les prestataires est de 21 ans pour faire une location de voiture en Guadeloupe à l’aéroport. En dessous de cet âge légal, il faut se trouver une voiture en location avec un conducteur. Les vacanciers qui ont moins de 25 ans peuvent aussi être facturés d’une somme supplémentaire. Ce surplus n’est pas obligatoire, il dépend du prestataire.

Certes, il y a des loueurs qui proposent des véhicules disponibles à la sortie de l’aéroport. L’idéal est toutefois, de faire une réservation au préalable c’est-à-dire avant même de venir sur l’archipel. De cette manière, il est possible d’avoir un plus vaste choix.

Pour ce qui est du prix de la location, il varie de 10 euros environ la journée à 30 euros. Plusieurs éléments peuvent changer les donnes : la saison (le prix est bas pendant les saisons creuses et il est en hausse pendant les hautes saisons), le type de voiture à louer, la durée de location (une remise est possible pour une location de longue durée) et le prestataire comme Lagon Travel.

D’autres informations à connaitre avant la location

Avant de faire une location de voiture en Guadeloupe à l’aéroport, il est nécessaire de connaitre le prix du carburant. Déjà, il faut noter que toutes les stations appliquent le même tarif. En général, il tourne autour de 1,70 euros. Ce prix peut connaitre une légère baisse ou une hausse en fonction des changements du prix du baril sur le marché international. Les stations ouvrent à 6h et terminent leur journée à 20h. Ceux qui souhaitent rouler en dehors de ces heures doivent alors faire le plein.

Pour ce qui est des routes, il n’y a pas d’autoroute en Guadeloupe donc pas de péage. Il y a deux voies rapides et la vitesse maximale est limitée à 110 km/h. Les routes sont équipées de radars. Il faut donc faire attention aux infractions. Il faut noter cependant que certains accès vers des lieux privés peuvent être payants. Il faut donc bien s’informer à ce sujet avant de choisir les itinéraires.

Les travaux d’élagage : pourquoi faire appel à un professionnel?

L’entretien des arbres inclut la coupe de certaines branches afin de conserver sa santé et de lui apporter une touche d’esthétique. L’élagage est aussi indispensable pour la sécurité des propriétaires et des passants. Il requiert l’utilisation de matériels appropriés et la maîtrise de différentes techniques. Le recours à un élagueur professionnel est donc essentiel.

L’importance d’un bon élagage

Les arbres doivent être taillés convenablement qu’il soit dans un lieu privé ou dans un endroit public. Cette action assure un meilleur confort, mais aussi la sécurité. Les longues branches peuvent en effet encombrer l’habitat. Une hauteur inadéquate peut aussi devenir dangereuse en cas de tempêtes ou de fortes pluies.

Les ramifications qui dépassent sur les voies publiques doivent également être éliminées. Elles présentent des risques d’accident autant pour les piétons que les véhicules. L’élagage permet entre autres de contrôler le développement des arbres. Si la taille de ceux-ci atteint le toit ou encore les fils électriques, ils engendreront des dégâts.

Par ailleurs, se débarrasser des branches superflues donne une meilleure forme aux arbres. Cet entretien améliore le côté esthétique. Il apporte une meilleure structure architecturale au jardin. La coupe doit toutefois être réalisée dans des conditions bien étudiées pour préserver la santé de l’arbre.

Élagage : les connaissances essentielles à cette pratique

Avant d’entamer la taille, il faut prendre en compte diverses caractéristiques. Le type d’arbre influence notamment la saison idéale pour procéder à l’élagage. La période adéquate diffère selon qu’il s’agisse d’arbres fruitiers ou d’arbres d’ornement, de résineux, de palmiers ou encore de feuillus.

Considérer l’âge et l’état de l’arbre permet aussi de décider si cet entretien peut être exécuté. La coupe des branches occasionne des plaies sur les zones concernées. Ainsi, appliquer la bonne technique en fonction de ces deux critères réduit les risques de maladie de la plante. L’écorce de protection se refermera alors rapidement.

Pour rendre l’opération efficace, l’élagueur doit bien choisir le mode d’élagage à accomplir. Il peut effectuer par exemple un débitage ou un ébranchage. Le type de taille peut être doux ou sévère, en fonction de l’espèce à travailler. Faire appel à un spécialiste en travaux d’élagage s’avère important afin d’obtenir un résultat satisfaisant.

Quels sont les critères d’un élagueur professionnel ?

Un élagueur se doit de connaître les mesures de sécurité et les techniques adaptées à chaque chantier. Avant de commencer la coupe de l’arbre, ce professionnel doit sécuriser le périmètre de sa zone de travail. Le port d’équipements de protections est également impératif.

Une ceinture de protection, un harnais de sécurité, des lunettes de protection, un casque, des gants et des accessoires vestimentaires adaptés sont essentiels. Un élagueur professionnel doit aussi disposer d’outils adéquats. Une échelle, une scie, une tronçonneuse, des cordes, des longes, des mousquetons, une nacelle et une perche d’élagage sont notamment à prévoir.

En outre, le spécialiste en élagage doit respecter le règlement en vigueur lié à cette opération. À part un numéro SIRET, il doit détenir une assurance responsabilité civile. Un élagueur professionnel se conforme surtout aux normes de sécurité et au respect de l’environnement.

Obtenir un meilleur prêt ? Faites appel à un courtier

Vous cherchez la meilleure offre pour votre demande de prêt immobilier ? Approcher chaque banque une par une pour comparer leurs offres vous prendra trop de temps… et il vous est alors conseillé de faire appel à un courtier. Vous êtes méfiant de nature, doutez de ses compétences et hésitez. Les courtiers sont des professionnels indépendants liés à de nombreuses banques, leur responsabilité est de trouver et de négocier les meilleures offres du marché pour leurs clients. Conseil, écoute, suivi et négociation professionnelle : c’est le rôle d’un courtier. Son objectif ? Restez fidèle à votre profil et de trouver les meilleurs conseils pour vous. Alors, pourquoi ne pas lui faire confiance pendant la période d’hypothèque ?

Quelle est la mission d’un agent immobilier ?

En tant qu’intermédiaire, entre vous et la banque, le courtier Toulouse traitera plusieurs aspects de votre demande de prêt :

  • Il négocie avec les banques et autres institutions financières pour obtenir le prix immobilier le plus adapté pour vous, il compare et analyse les différentes offres bancaires.
  • Il veille à ce que les conditions de financement de votre projet immobilier soient les plus favorables possible ; pour cela, il vous défend en banque.
  • Il est responsable des démarches administratives liées à votre demande de prêt.
  • Il vous accompagne pour mener à bien le projet hypothécaire jusqu’à sa réalisation.

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, le courtier passe par différentes étapes :

  • Soutenir vos fichiers.
  • Rechercher votre projet immobilier.
  • Analyser votre profil d’emprunteur.
  • Optimiser vos fichiers.
  • Envoyer vos documents à la banque.

Quels sont les avantages de faire appel à un courtier ?

Pour les emprunteurs, faire appel à un courtier Toulouse en crédit immobilier présente deux avantages majeurs : la plupart du temps, cela permet d’économiser du temps et de l’argent.

Concrètement, vous n’avez plus besoin de passer des heures à chercher des solutions financières auprès d’institutions bancaires qui conviennent le mieux à votre situation et à votre budget, car le courtier le fera pour vous. Que vous souhaitiez une mensualité faible ou que vous recherchiez un prêt hypothécaire à court terme, les professionnels seront à l’écoute de vos besoins et attentes et s’assureront de trouver l’offre la plus adaptée. De plus, grâce à sa compréhension approfondie du marché, il peut effectuer des recherches plus rapidement et plus efficacement que vous.

De plus, les courtiers hypothécaires s’assurent que vos documents sont complets et se chargent de faire valoir leurs avantages par rapport aux organismes de crédit. Votre demande de prêt immobilier peut être simplifiée et accélérée.

Sur le plan financier, le courtier professionnel à Toulouse connait les circonstances particulières de chaque prêt bancaire qui le concerne. Parfois, lorsque la banque a une marge de négociation, il est plus facile d’obtenir des conditions plus avantageuses que le particulier. Cela passe par des taux d’intérêt, des conditions préférentielles pour certains frais, des offres promotionnelles, une assurance emprunteur, et éventuellement même un avantage en remboursement anticipé. Par conséquent, à moyen et long terme, cela peut vous faire économiser beaucoup d’argent.

Quelle formation et quelles qualités possèdent l’agent immobilier ?

Il a au moins une formation de type BTS, de préférence dans le secteur immobilier. Les cours de droit, de commerce ou d’économie sont également autorisés à entrer dans cette majeure. Cependant, même sans diplôme spécifique, les courtiers professionnels à Toulouse peuvent exercer leur métier en acquérant une vérification d’expérience.

Une autre façon d’obtenir ce métier est de suivre une formation professionnelle dans un établissement agréé (comme l’ENFI ou l’IFCM). La formation dure en moyenne 150 heures.

Le courtier doit également recevoir une formation annuelle continue pour mettre à jour sa compréhension des prêts hypothécaires et du marché.

En plus de la formation, les courtiers doivent également être agréés par l’IOBSP (Intermédiaire des Opérations bancaires et des Services de Paiement).

Il doit également être inscrit à l’ORIAS (Agence Unique d’Enregistrement des Intermédiaires en Assurance, Banques et Financiers). En tant que compétence, il doit évidemment :

  • Écouter
  • Avoir de bonnes qualités relationnelles.
  • Ayez de l’empathie.
  • Posséder d’excellentes capacités de négociation.

Quels sont les frais du courtier ?

Concernant le salaire des courtiers professionnels à Toulouse, en agence ou en ligne, la rémunération est entièrement de la banque coopérative, et ils leur versent une commission fixe, généralement 1 % du montant du prêt. Pour certains courtiers, de frais clients s’ajoutent également aux prestations fournies, ce qui équivaut à 1 % du montant du prêt, ce qui signifie que pour un crédit immobilier de 200 000 euros, environ 950 à 1 500 euros sont nécessaires.

N’hésitez pas à vous renseigner explicitement sur les frais associés à votre demande et les documents qui seront traités par votre courtier, afin de ne pas être surpris par des frais bancaires cachés lors du paiement de vos factures. Veuillez noter que certaines personnes omettent de préciser certaines informations clés, notamment des informations relatives au salaire, veuillez donc tout confirmer dans le devis du courtier; ou la lettre d’autorisation signée par vous et lui !

Quels sont les critères à prendre en compte pour faire le bon choix ?

Ceci dit, comme tout crédit, un prêt immobilier est une promesse qui ne doit pas être prise à la légère. Vous devez donc faire entièrement confiance à la personne chargée de déterminer les modalités de remboursement du prêt hypothécaire.

N’oubliez pas non plus qu’un agent immobilier est un travail à temps plein. Par conséquent, ces travaux nécessitent un paiement; généralement sous forme de frais de courtage (et parfois de frais de gestion) payés par l’emprunteur, allant de quelques centaines d’euros à quelques milliers d’euros. Il est donc très important de bien comprendre les conditions de salaire; et le sérieux du courtier avant de faire appel à un courtier : vérifiez si le courtier est inscrit au registre unique des intermédiaires d’assurances; bancaires et financiers (ORIAS) et est donc pleinement habilité et légal.

Enfin et surtout, il faut savoir qu’un courtier professionnel à Toulouse s’appuie généralement sur le réseau qu’il a mis en place; travaillant souvent avec le même organisme de crédit pour tous ses clients; et parfois il conclura des ententes prénégociées avec ces clients.

De plus, certains courtiers peuvent imposer une clause d’exclusivité : vous ne pouvez plus comparer directement avec la banque.